canet en roussillon
LES FILMS DE CANETOILES
o CHICAGO
o L'HOMME SANS PASSE
o FRIDA
o LES LUNDIS AU SOLEIL
o LE BAL
o PASSION D'AMOUR
o SPLENDOR
o SWIMMING POOL
o NOUS NE VIELLIRONS PAS ENSEMBLE
o COMME LE CHAT ET LA SOURIS
o MES CHERS VOISINS
o AVRIL BRISE
o COURRIER DU COEUR
o LES INUTILES
o RESPIRO
o LES COTELETTES
o Z
o LUCKY LUCIANO
o LUNA PAPA
o LE PIANISTE
o DOGVILLE
MARDI 20 AVRIL 2004, 20 h

LE PIANISTE
Roman POLANSKI
POLOGNE/FRANCE - 2002
Couleurs, 128 mn
Sc : Ronald HARWOOD,d'après le livre de Wladyslav SZPILMAN
Ph : Pawell EDELMAN
Mus : Wojciech KILAR
Int : Adrien BRODY, Thomas KRETSCHMANN, Ed STOPPARD, Emilie FOX, Michael ZEBROWSKI, Frank FINLAY, Maureen LIPMAN...
Dans l'Histoire (celle, en 1939, des nazis occupant Varsovie et des juifs parqués dans le ghetto, avant d'être transférés à Tréblinka), il y eut l'histoire d'un pianistejuif de 28 ans, Wladyslaw Szpilman, qui échappa à la déportation pour, caché, continuer de survivre dans Varsovie... De l'autobiographie du pianiste, écrite dès 1945, R. Polanski (lui-même rescapé du ghetto de Cracovie) fait un film doublement authentique, efficace, bouleversant.. Fresque ample, formellement splendide, dans des décors minutieusement reconstitués, traversés, parmi des milliers de figurants, par un prodigieux Adrien Brody, aux yeux noyés d'enfance (étonné de vivre pendant que tant d'autres meurent, en permanence soutenu par sa seule musique, réelle ou rêvée), le film est "monumental".
Et, sans didactisme, sans colère ni pathos, en toute simplicité, tout autant que l'horreur devant l'absurdité de la guerre, il nous dit la mélancolie devant la difficulté d'être... après.
C'est cette sobriété "classique", dans une narration linéaire somptueuse, par un réalisateur mêlant pudiquement sa vie de créateur talentueux à son destin de survivant, qui fait du film un chef d'oeuvre, justement récompensé à Cannes en 2002.
M.T.
retour accueil
calendrier